C’était un matin frais et couvert quand ce voyage a commencé. Sortant du sommeil chaud et confortable, je sortis sur le sol froid de la chambre et enfilai mon peignoir. Le froid dans l’air de la pièce me réveilla en sursaut. En marchant vers la grande baie vitrée, j’ai ouvert les rideaux d’un jardin magnifique, scintillant de rosée du matin. Chaque pétale de fleur était magnifié par l’eau scintillante, qui n’avait pas été emportée par le soleil. Sous le rebord de la fenêtre se trouvait une grande et belle rose rouge qui venait juste d’ouvrir ses pétales au matin. Cela m’a amené à réfléchir sur mon propre voyage qui se déroule devant moi. J’ai ressenti un sentiment d’espoir dans cette obscurité contenue qui m’avait enveloppé ces derniers jours. Le silence que j’avais vécu dans mon esprit était devenu affolant, si ce n’était du rythme de vie qui m’entourait.

Comment suis-je arrivé à cet endroit ? La vie avait été si pleine de promesses, de beauté et de lumière, puis vinrent les ténèbres qui sont mon présent. Attendant dans le silence, j’errai de nouveau jusqu’à la fenêtre du jardin. De l’autre côté de la vitre, et pour l’instant hors de portée, se trouvait un nouveau départ rempli de croissance et d’expansion. Je ne peux que contempler pour l’instant les couleurs vives et la simple complexité de tout cela.

Une voix cria au loin rompant le silence dans la pièce. J’ai ouvert la porte pour entendre mon nom être appelé et soudain la sérénité du matin a disparu. J’ai été sommé de me lever, de m’habiller et de commencer un voyage qui sera long et parfois difficile. J’ai choisi ce chemin bien avant de venir ici, car en le complétant, j’atteindrai l’achèvement dans mon âme. Je reviendrai une fois de plus dans cette pièce quand mon voyage sera terminé et je trouverai que la fenêtre n’est plus. Une porte sera à sa place et je pourrai entrer dans le beau jardin, dont maintenant je ne peux que contempler. Je rejoindrai la vie et la couleur vibrantes dont ce matin m’a donné un aperçu et je ne la quitterai plus, car à ce moment-là je serai rentré chez moi et la paix sera à moi.

Laisser un commentaire